Semi-histoire de love

(Ouh...)

Quand j’me remémore
Différentes phases de mon cégep
Ce qui me passe par la mémoire
Sont tous ces ass et toutes ces jupes
J’me souviens très clairement
De ces belles femmes appétissantes
L’image est encore fraîche
Et ça fait maintenant plus de dix ans
Plus précisément cette étudiante
Dénommée Vescella
De toute la populace féminine
Je voulais celle-là
Une jolie Bulgare
Originaire de Sofia
De longs cheveux dark
Et des yeux verts comme un saphir
Ou était-ce bleu?
Argh, j’m’en rappelle plus
Peut-être même brun
Dans tous les cas, elle m’a bien plu
Sage et intelligente
T’apprends des choses
Qu’ils savent pas
Elle aimait la biologie
Et rigolait de South Park
Jamais en retard
Elle courait dans les corridors
Elle me regardait dans mon cours
Se disait “encore il dort"
Un sourire, des fossettes
Comme des points d’exclamation
Quand je l’apercevais, mon chest chauffait presqu’au point de crémation

Un besoin d’aimer, la peur d’avancer
Et se mettre dans l’embarras
Comme y a peu de distance
Entre l’amour et les sens
T’as besoin d’aimer
T’as peur de bouger
Et tu passes tes rêves à attendre
Les sentiments se meurent à l’ombre
Ta place au soleil
Se perd dans les décombres

On s’parlait au téléphone
De Palestine et d’Arafat
Discussion politique
Dans le genre de celles dont je raffole
Issus d’univers différents
Peut-être destinés à pas s’feel
Elle venait de Sainte-Foy
Et mon esprit était Basse-ville
Elle avec sa gang
Ils pratiquaient des sports d’hiver
Tandis que moi, avec la mienne
On fréquentait les faits divers
Deux mondes parallèles
J’aurais bien voulu faire le pont
Le love m’a rendu malhabile
C’est la phobie d’avoir l’air con
D’habitude, j’étais pas shy
Mais devant elle, je perdais tous mes moyens
L’aisance s’évacuait de part et d’autre
Bien trop maladroit
Comment lui traduire ma pensée
Comment lui dire, comment pouvoir
Vraiment lui transmettre l’étincelle
Et au final, elle s’est perdue dans l’air du temps
Et ce, sans même jamais comment je me sentais au-dedans
Une semi-histoire de love qui finit sans même commencer
J’ai appris sur le tard qu’il fallait jamais renoncer

Un besoin d’aimer, la peur d’avancer
Et se mettre dans l’embarras
Comme y a peu de distance
Entre l’amour et les sens
T’as besoin d’aimer
T’as peur de bouger
Et tu passes tes rêves à attendre
Les sentiments se meurent à l’ombre
Ta place au soleil
Se perd dans les décombres

Un besoin d’aimer, la peur d’avancer
Et se mettre dans l’embarras
Comme y a peu de distance
Entre l’amour et les sens
T’as besoin d’aimer
T’as peur de bouger
Et tu passes tes rêves à attendre
Les sentiments se meurent à l’ombre
Ta place au soleil
Se perd dans les décombres

(Ouh...)

Most viewed titles