Si tel est ton désir

Si tel est ton désir, tu peux t’en aller (ouh)
Si tel est ton désir, tu peux t’en aller
Si tel est ton désir, tu peux t’en aller (ouh)
Mais moi, mon désir, c’est de te garder

Le ciel est bleu, comme j’me sens vieux
À noircir mes nuits blanches
C’est mon coeur qui a perdu
L’heure sous tes avalanches

Valeureux, pourtant malheureux
De nous voir assombrir (ouh)
J’vois le creux, je vois nous deux
Je vois que c’est sérieux

Alors regarde-moi, regarde-toi
Comme on est, comme on est misérables
Se cache quelque part
Se cache quelque part
Quelque part une solution

Si tel est ton désir, tu peux t’en aller
Si tel est ton désir, tu peux t’en aller
Si tel est ton désir, tu peux t’en aller
Mais moi, mon désir, c’est de te garder

Il y a la bombe et la goupille
La flèche et l’arbalète
Il y a le givre et la torpille
Toi et la poudre d’escampette

Je crains l’espace de ton existence
La place qu’elle me dérobe
Je crains l’espace de ton absence
Comme a peur le claustrophobe

Alors regarde-moi, regarde-toi
Comme on est, comme on est misérables
Se cache quelque part
Se cache quelque part
Quelque part une solution

(Ouh)

Et pas à pas, je progresse sur les superficies
Toutes neuves de ton adresse à manier les outils
Et dans le fond et la forme et l’avis qu’il y a danger
Ton ego est plus énorme
Plus que tous les miens rassemblés

Alors regarde-moi, regarde-toi
Comme on est, comme on est misérables
Se cache quelque part
Se cache quelque part
Quelque part une solution

Si tel est ton désir, tu peux t’en aller
Si tel est ton désir, tu peux t’en aller
Si tel est ton désir, tu peux t’en aller
Mais moi, mon désir, c’est de te garder

Most viewed titles

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.